Dieu dit: Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi. Dieu fit les animaux de la terre selon leur espèce, le bétail selon son espèce, et tous les reptiles de la terre selon leur espèce.
Dieu vit que cela était bon.

Puis Dieu dit: Faisons l’homme à notre image,
selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons
de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.

Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu,
il créa l’homme et la femme.

Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez,
remplissez la terre, et l’assujettissez;
et dominez sur les poissons de la mer,
sur les oiseaux du ciel,
et sur tout animal
qui se meut sur la terre.

Et Dieu dit: Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence: ce sera votre nourriture.

Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture.
Et cela fut ainsi

L'antropocentrisme, l' arbitrage .
Semblable à Dieu, l'homme est hors de la critique.

Dieu a revisé tout, sauf la dernière création.
Puisque mon Dieu me renssemble, je dirais qu'il en avait mare.. La Création reste inachevée, c'est le tour de Regardeur.. Un Duchamp se la joue en démiurge quand il évalue le pouvoir d'artiste, et quand il refuse toute la responsabilité du tableau.

 

Thomas place le Samedi sous l'autorité de Satan qui est l'expert de Colére. J'en sais peu d'imagerie infernale de son temps, alors j'imagine Thomas, le boeuf rugissant.
"..."

Sinon, les colères des dieux et les monstres bovidés, c'est toute une histoire. Gilgamesh-Enkidu, Minotaure, l'Achille, la Tauromachie, le Cocu.. Il y va toujours d'un aveuglement, d'un secret, d'une chutte et d'amour, évidement. le Boeuf est,, avant de devenir la bête de sacrifice, un monstre lubrique.

Sadisme et pédophilie, la bestialité,
avec la gourmandise, le cannibalisme.
On en rafolle de ces histoires, de la colère des justes, de lynchage, de repenti.. chez les cannibales aussi bien qu'en Suisse, le pays des Lumières.

Dans la tradition judaique c'est autrement, le Sabbath est le jour de la fête et de repos tellement obligatoire que ça pose des problèmes, pire que le dimanche à Genève.